Assurer la santé et la sécurité

La santé, la sécurité et le Développement Durable sont des notions interdépendantes. Il ne peut y avoir de réflexion sur un avenir meilleur sans s’assurer que la sécurité de l’environnement de chacun dans l’entreprise est respectée. Pour nos utilisateurs sportifs comme pour nos coéquipiers, nous nous engageons à faire de la sécurité une priorité.

Afin d’assurer cet engagement, nous donnons à chaque pays, à chaque acteur local les moyens de vérifier et le cas échéant de développer les conditions de sécurité de chaque coéquipier.

En France, dans chaque magasin, dans nos entrepôts et dans nos sièges sociaux, les sujets de la santé et la sécurité sont portés par des Référents QVT et des capitaines de sécurité, qui appliquent les « référentiels sécurité », déterminés par les enjeux et règlementations locales.

Au-delà des dispositions de santé et de sécurité physiques liées aux postes de travail, Decathlon est également attentif aux risques psychosociaux, liés notamment au bien-être au travail. Ces actions sur ce sujet permettent, entre autres, d’agir sur la réduction du stress, l’absentéisme, les accidents du travail, le turn-over, etc.

En 2017, 94% des coéquipiers se sentent en sécurité dans leur environnement de travail et 80% déclarent pratiquer leur sport régulièrement, source de bien-être et de santé.

La santé et la sécurité chez Decathlon en chiffres
en 2017

En synthèse pour 2017

La sécurité de nos coéquipiers est une priorité : le rôle de « Capitaine » est déployé dans chaque magasin en France.

Les accords sur la pénibilité au travail sont signés en France.



Les efforts sont accentués sur les risques psychosociaux en France à travers le projet Be +

Mettre en valeur les solutions de prévention des risques psychosociaux

En 2017, les actions en faveur de la santé physique et mentale des collaborateurs ont été multipliées et approfondies. Le bien-être au travail dépend d’un alignement entre ce qui est vécu dans les sphères professionnelles et personnelles. La démarche entamée sur le sujet depuis 2016 sur les risques psychosociaux a révélé que le sujet était peu préempté dans les entreprises, malgré une récurrence pourtant bien présente. Le sens trouvé dans les tâches effectuées, la clarté des rôles de chacun, les perspectives d’avenir… sont autant de facteurs qui peuvent jouer sur l’épanouissement et donc la performance des collaborateurs.

C’est pourquoi en France, Decathlon met à disposition de ses coéquipiers plusieurs solutions de soutien pour que chacun puisse trouver une réponse adaptée à sa problématique, déployée au sein du projet “Be +”. Le projet est organisé autour de 4 axes principaux :

 Mieux exploiter son mental : mise en place de ressources audio, séances de relaxation, méditation, « comment je performe grâce aux pensées positives », importance de la respiration et de la cohérence cardiaque.

 Prévenir les incidents grâce à la sensibilisation et la formation : sensibilisation des relais RH et des Référents QVT aux signaux d’alerte (Burn-out, violences internes ou externes à l’entreprise, stress), développement de l’écoute active.

 Soutenir et être soutenu dans les moments difficiles : mise à disposition de contacts internes et contacts externes : un numéro bleu, accessible à tous depuis 2016 permet de joindre des assistants sociaux, anonymement pour bénéficier d’un soutien médicosocial. Un autre accompagnement sur le plan psychologique est disponible à tous les collaborateurs et aux relais RH afin de bénéficier d’une expertise psychologique, de guider vers les bons réflexes. Enfin, un prestataire agit sur des cas ponctuels plutôt post-traumatiques et assure la mise en place de cellules psychologiques en 24/48h sur les cas de deuils, de braquage, etc.

 Favoriser les échanges avec d’autres sportifs : se rassembler et échanger autour d’une communauté sur les sujets du bien-être au travail grâce au sport.

Focus
« Droit à la déconnexion »

La Direction et les partenaires sociaux ont signé un accord le 23 novembre 2017 élargissant le droit à la déconnexion à tous les coéquipiers français de statut « employé » et « agents de maitrise »; ce droit était jusqu’alors reconnu aux coéquipiers de statut « cadre » depuis un accord du 8 décembre 2016.

Un nouvel accord sur le droit à la déconnexion a été signé pour les équipes logistiques le 7 décembre 2017 et la Charte Happy Connected a été approfondie par les équipes dédiées aux services.

Les accords d’entreprise viennent réaffirmer le droit à la déconnexion chez Decathlon, afin de limiter la porosité entre les sphères professionnelles et privées, amplifiée ces dernières années par la transformation numérique globale. Ils visent à garantir le respect des temps de repos et de congés, ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale de chacun.

3 thèmes principaux sont présents au sein de cet accord :

– Respect du temps de repos et congés

– Bonnes pratiques liées à l’utilisation des outils de communication.

– Sensibilisation et formation.

Une commission de suivi est également créée afin de suivre l’évolution des actions prévues par le présent accord.

Prévenir les risques liés à la pénibilité du travail

Decathlon identifie dans un processus de prévention des risques tous les facteurs de risques professionnels susceptibles d’avoir un impact sur la santé et la sécurité de ses coéquipiers.

Ces facteurs de risques sont associés à différents domaines, comme le rythme de travail (travail de nuit, répétitions de tâches), l’environnement physique (présence d’agents chimiques dangereux, températures, bruit…) ou encore les contraintes physiques des coéquipiers (postures, manutention des charges, etc.)

Selon le poste de travail, deux formations spécifiques sont disponibles en France pour tous les coéquipiers afin de mieux identifier les risques et, le cas échéant, corriger les conditions de travail.

Le rôle de “Capitaine” dans la gestion de la sécurité dans les magasins

Decathlon a la volonté de ne faire aucune concession sur la sécurité, et ce partout dans le monde. Aujourd’hui, dans le cadre de la responsabilisation de chacun et de la subsidiarité, la sécurité est gérée localement, au plus proche des conditions territoriales. Decathlon maintient ainsi son niveau d’exigence sur le sujet en donnant à chaque pays et chaque magasin l’ensemble des outils et des moyens d’animation pour que la sécurité soit une priorité, avec les critères liés à chaque zone du monde.

En France afin d’assumer cette responsabilité, les « Capitaines » sont les référents locaux dédiés à la sécurité des coéquipiers et des utilisateurs dans les magasins ou les entrepôts. Formés régulièrement sur différentes thématiques (évacuation, accidentologie, par exemple), ils sont évalués à travers différents diagnostics, qui peuvent aller d’une autoévaluation au sein du site à une mission gérée par un prestataire externe ou par l’audit interne.

Dans le monde, les mesures de sécurité appliquées dans les magasins Decathlon sont animées dans le respect de référentiels de sécurité propres à chaque pays.

Le cadre d’autonomie lié au principe de subsidiarité a en effet amené chaque pays à développer ses propres standards de sécurité localement, conformément à sa règlementation, aux exigences d’assurance, puis renforcé grâce à son analyse des risques spécifique (ex : règlementation sécurité locale peu exigeante / situation géopolitique / risques naturels…)

Ce référentiel de sécurité local, porté par le leader de chaque pays est confronté en interne à d’autres experts du réseau mondial « DECATHLON United » qui apportent leur expérience et contribuent à son amélioration continue.