Promouvoir la consommation responsable

Comment concilier notre modèle d’entreprise, basé sur le commerce d’articles de sport aux prix le plus bas possible afin d’être accessibles à tous, et une réponse à la hauteur des enjeux environnementaux et de nos responsabilités ? Une de nos solutions consiste à orienter les choix de nos utilisateurs vers des produits environnementalement performants sans en augmenter le prix, et qu’en retour, cela influence nos stratégies de conception et d’approvisionnement vers des matières et des procédés industriels moins impactants.

La mobilisation des équipes pour l’éco-conception des produits devient une priorité pour réduire notre impact et stimuler l’éco-innovation.

La consommation responsable
en 2016

En résumé

• Nous évaluons la visibilité et l’influence sur les comportements d’achat de notre affichage environnemental.

• Nous faisons auditer notre méthode de calcul pour qu’elle soit compatible avec les standards de l’Union européenne et l’harmonisons avec les autres acteurs de la filière au niveau français et européen.

• Nous diffusons aux équipes leurs bilans environnementaux afin qu’elles identifient leurs principaux leviers d’éco-conception et les actionnent.

• Nous augmentons notre part d’approvisionnement en coton durable et dialoguons sur ce sujet avec nos parties prenantes externes.

Évolution du taux de produits disponibles avec affichage environnemental
Saison Printemps Été

Powered by TSBA.mobi GoogleGraph Wordpress plugin

Saison Automne Hiver

Powered by TSBA.mobi GoogleGraph Wordpress plugin

Focus
« Mettre notre méthode de calcul à l’épreuve »

Decathlon participe depuis 2013 à l’expérimentation « Product Environmental FootPrint » coordonnée par la Commission européenne.

En 2016, avec ce groupe de travail, nous évaluons la robustesse de notre méthode de calcul lors d’un audit réalisé par le cabinet Ernst & Young. Grâce à leurs conclusions et dans la continuité de nos travaux, nous travaillons sur la qualité des données et leur complétude dans nos systèmes de calcul afin d’atteindre les standards de l’Union européenne. En parallèle, Decathlon fait partie des acteurs clés du prédéploiement de l’affichage environnemental instauré par le ministère français de l’Environnement, qui aura lieu en 2017.

« Trois raisons principales nous ont poussés à développer l’affichage environnemental. Tout d’abord, notre souhait est d’encourager nos équipes à réduire l’impact environnemental de leurs produits en intégrant l’éco-conception dans leurs projets.

Ensuite, nous souhaitons communiquer, dans les magasins comme en ligne, les informations qui permettent aux utilisateurs de tenir compte de la note environnementale au moment de l’achat.

Enfin, notre objectif est de promouvoir ce type d’affichage en partageant nos méthodes avec d’autres acteurs du marché et les pouvoirs publics pour promouvoir la consommation responsable.

En 2016, 8 % des produits de la marque Decathlon ont été évalués à l’aide de ce système. Notre intention est d’avoir évalué 100 % de nos gammes textiles, chaussures et produits de confection lourde d’ici à 2019. »

RAFFAELE DUBY
RAFFAELE DUBY
Chef de projet éco-conception et affichage environnemental, France

Tester l'efficacité de l'affichage auprès de nos utilisateurs

En 2016, nous mesurons* la visibilité de l’affichage environnemental, sa compréhension et son impact sur l’achat de nos produits et sur l’image de Decathlon. Les résultats sont encourageants :

• 20 % des acheteurs ont vu l’information ;

• 25 % d’entre eux ont déclaré reporter leur achat sur un produit mieux noté. Les autres ne l’ont pas pris en compte à cause de l’absence de produit équivalent dans l’usage ;

• 85 % des acheteurs ont indiqué que la transparence de cette information améliore l’image qu’ils ont de Decathlon.

* Le protocole consiste en un test A/B sur 650 fiches produit du site de e-commerce decathlon.fr,
doublé d’un questionnaire post-achat envoyé aux acheteurs de produits sur lesquels un affichage était visible. Enquête menée d’avril à juillet 2016.

AUDREY GOULARD
Les bilans environnementaux guident les équipes de conception
Meeting with AUDREY GOULARD
Leader environnement pour les sports d'eau.

En 2016, les impacts environnementaux des produits sont modélisés et communiqués à chaque leader environnement. Avec ces informations, les équipes peuvent identifier leurs priorités et travailler à l’éco-conception des familles de produits les plus impactantes.

Explications sur le terrain avec Audrey Goulard, leader environnement pour les sports d’eau.

Quel est pour toi l’intérêt de connaître le bilan environnemental de tes produits ?
Cela permet de faire ressortir les familles de produits les plus impactantes de façon très visuelle. Le support
est clair, simple à communiquer et à comprendre. Notre première action a été de bien l’expliquer à l’ensemble
des équipes, puis de mettre en place des workshops pour identifier des axes d’éco-conception en fonction
des impacts générés.
Peux-tu nous en dire plus sur ces workshops ? Quels projets concrets en ressortent ?
Par exemple, les maillots représentent 25 % de l’impact global de la marque Olaian [marque de sport de
glisse de Decathlon, NDLR]. À l’issue du workshop, deux principaux axes de travail ont été définis : un
projet d’économie circulaire et un autre excluant la commercialisation de produits notés D. Nous avançons
maintenant dans l’écriture des plans d’action.

Nos équipes en action

Des projets sont à l’oeuvre dans l’entreprise pour transformer l’offre de produits et la rendre plus responsable. En plus de notre travail sur la réparabilité des produits, voici une sélection des actions menées par nos équipes.

Utiliser du coton produit de manière durable

En 2015, Decathlon et ses équipes se sont engagés à n’utiliser que du coton produit de manière plus durable à l’horizon 2020. Cela inclut le coton issu de l’agriculture biologique, le coton de la Better Cotton Initiative et les fibres de coton issues du recyclage des déchets (pré et post-consommation).

Les équipes revoient leurs chaînes d’approvisionnement afin d’atteindre l’objectif et un effort important de R & D est porté sur le recyclage des textiles en fin de vie. Des projets de collecte de textile sont également en cours.

THÉO CIZERON
Decathlon engage un dialogue transparent avec le WWF
Meeting with THÉO CIZERON
Responsable des relations avec le monde économique au WWF

En 2016, le WWF France interpelle Decathlon au sujet de l’utilisation de certaines matières premières pour la fabrication de ses produits. Explications avec Théo Cizeron, responsable des relations avec le monde économique au WWF.

Pour quelles raisons avez-vous interpellé Decathlon dans votre publication parue en avril 2016,
Les 25 entreprises françaises qui impactent le plus les écosystèmes mondiaux ?
Compte tenu du volume d’affaires lié à l’achat, à la vente et à la transformation de matières premières
telles que le coton ou le carton, le WWF considère que Decathlon a un rôle prépondérant à jouer dans la
transformation des marchés de ces matières premières, dont les modes de production impactent des
écosystèmes particulièrement riches et importants pour les équilibres planétaires.
La réponse de Decathlon à cette publication a-t-elle été satisfaisante ?
Après la diffusion de la liste des 25 entreprises françaises impactant le plus les écosystèmes en avril
2016, Decathlon a fait preuve d’ouverture au dialogue, en nous présentant, par exemple, sa politique
environnementale et ses engagements sur la filière coton. Nous saluons cette démarche et encourageons
Decathlon à poursuivre sur la voie de la transparence et à aller encore plus loin dans la responsabilisation
de ses approvisionnements.
Qu’attendez-vous de Decathlon à l’avenir sur ce sujet ?
Le WWF réalise actuellement une étude sur l’état d’avancement des 25 entreprises citées l’année dernière.
Decathlon figurant parmi ces entreprises, nous nous attendons à ce que sa démarche d’ouverture et sa
volonté de progrès se traduisent par des faits afin qu’il soit un acteur de référence dans la transformation
des marchés vers des pratiques responsables.

Utiliser du polyester recyclé

Pour sortir de la dépendance aux ressources fossiles et réduire les déchets, les équipes se sont tournées vers le fil de polyester issu de la valorisation des bouteilles en plastique. Historiquement, c’est la polaire Forclaz 50 qui a tracté l’utilisation du polyester recyclé.

Les équipes s’organisent pour massifier les achats de fil recyclé afin d’en faire baisser le prix.

En parallèle, un nouveau projet est en cours pour réutiliser nos déchets de production.

Teindre le polyester en utilisant des procédés à moindre impact

La teinture du polyester dans la masse, plus complexe que la teinture classique, répond aux enjeux de limitation de la consommation d’eau et de la pollution causées par les eaux de teinture. Des composants ainsi teints entrent dans la composition de nos produits depuis 2012.

Les équipes prévoient de massifier encore leurs achats de ce fil, qui permet de remplir plusieurs usages selon qu’il est tissé ou tricoté. Enfin, le procédé de teinture « CO2 supercritique », qui présente l’avantage d’être un « solvant vert » totalement neutre, peut être réalisé en circuit fermé, sans nécessiter d’eau. Cette technique récente reste marginale et ne concerne que quelques gammes de produits.

Utiliser une poche d’air pour maintenir la forme des chaussures

Sur environ 70 millions de chaussures vendues par Decathlon, 50 millions ont besoin d’être maintenues lors du transport pour préserver leur forme. Les équipes packaging ont eu l’idée de remplacer la cale en carton par une poche d’air en polyéthylène. Ce système, moins impactant sur l’environnement et deux fois moins coûteux pour l’entreprise. Il est étendu à 8 millions de produits (palmes, chaussures…) en 2017.