Intégrer l'innovation à tous les niveaux

L’innovation est un des moteurs de la croissance économique durable. Depuis sa création, Decathlon la place au cœur de son développement, pour proposer des produits et services compétitifs renouvelés qui assurent la stabilité et la résilience de l’activité.

Pour servir notre sens, nous sommes vigilants à rester à l’écoute de nos utilisateurs, qui désirent aujourd’hui des produits qui répondent plus fidèlement à leurs besoins : simples, utiles, responsables et accessibles.

En 2017, Decathlon décide d’intégrer l’innovation à tous les niveaux de la chaîne de valeur, grâce à plusieurs méthodes. Cette position nécessite de se remettre en question en permanence sur les processus de conception : comment inspirer et faciliter la transformation, économiser sur les matières et la production, rendre le produit moins coûteux, plus performant, moins polluant, plus responsable ? Pour répondre à ces défis, nous faisons le choix d’une innovation incrémentale et tournée vers la frugalité et l’écoconception. Les équipes de designers et d’ingénieurs sont ainsi formées à repenser l’idée pour plus de simplicité, jusqu’à la rupture si elle est nécessaire.

Cette démarche intégrée permet l’amélioration continue des produits, en restant centrée sur les besoins de l’utilisateur pour que les produits Decathlon soient de plus en plus accessibles, astucieux, singuliers et durables.

L'innovation en chiffre
en 2017

En synthèse pour 2017

L’innovation se concentre en 2017 sur des méthodes privilégiant le pragmatisme.


L’implication des coéquipiers dans des communautés pluridisciplinaires, qui favorisent l’intelligence collective, la transmission de savoirs, l’efficience des process.


Le laboratoire de recherche et développement Decathlon Sportslab fête ses 20 ans au service de la recherche sur les interactions entre le corps humain du sportif et les produits conçus.

Alive, un lieu dédié à l’inspiration et l’exploration

Alive by Decathlon est un lieu ouvert à tous, utilisateurs sportifs, entreprises externes et coéquipiers, adossé au magasin Decathlon Campus (Villeneuve-d’Ascq, France) et dont l’acronyme signifie “All Living Innovation Values Everyday”.

Espace d’échanges, d’inspiration et de création, Alive permet de concrétiser les premières phases d’incubation d’un projet, en proposant une ambiance propice à la prise de hauteur.

Plus qu’un lieu, Alive est aussi un concept d’innovation plus global, axé autour de la dimension humaine de la conception des produits et services : apprendre à penser et travailler différemment, faciliter la coopération, “oser être soi” pour dépasser les clivages et s’autoriser à aller jusqu’à la rupture des notions éprouvées dans l’entreprise.

Une fois la première phase d’idéation réalisée, les créateurs peuvent confronter leur projet avec les équipes internes ou rassembler différentes catégories de testeurs pour recueillir les premiers avis et poursuivre le processus d’amélioration du produit ou du service.

Les équipes proposent plusieurs formats d’échanges dans ce centre d’innovation multiprocess : journées d’inspiration, conférences, ateliers, formations, incubation, expositions. Ces différents temps d’échanges permettent d’adapter la réponse au besoin.

Parmi les sujets accompagnés cette année par les équipes d’Alive, on retrouve par exemple la réflexion sur la vision de l’organisation humaine de Subea, le travail sur le développement de l’offre féminine de Kipsta ou encore un workshop de tests sensoriels pour l’amélioration de l’utilisation des fermetures zips par les enfants.

La Méthode Jugaad : moins mais mieux

La démarche d’innovation Jugaad se concentre sur l’invention de solutions radicalement nouvelles, plus économes en matières premières et en énergies. Elle répond à cette question : comment apporter une réponse à une fonctionnalité de produit pour un utilisateur en utilisant le moins de ressources possible (matières premières, manipulations techniques, eau lors de sa production, etc.). La réflexion porte en priorité sur la conception, accompagnée d’un travail approfondi sur l’analyse des matières, adaptée localement pour répondre aux besoins essentiels du sport.

L’objectif est d’arriver à la création d’un produit essentiel pour l’utilisateur via des solutions malines et simples.

La méthode Jugaad utilise 3 leviers d’application :

La simplification de production : penser comme si on allait automatiser la production pour limiter les manipulations, changer de matériaux, minimiser leur nombre, repenser les assemblages…

Penser autrement le design : la fonction du produit est prioritaire, en s’inspirant des pays émergents et de leur mode de pensée.

Utiliser les ressources locales : identifier les ressources peu chères et abondantes, les savoir-faire et les possibilités de fabrications locales au maximum, détourner des moules d’injection, des produits, des matières déjà existants.

Plusieurs produits emblématiques sont issus de cette méthode comme le sac à dos Arpenaz 10. 

Sac à dos Arpenaz 10 :

Action : remise en question totale de la conception du sac : utilisation de fronces et limitation maximale du nombre d’assemblages. Le design du sac a aussi été entièrement revu pour prendre en compte ces améliorations.

Résultats :

 Passage de 30 à 70 pièces dans un carton de transport.

 Garantie 10 ans du sac à dos.

 Diminution de l’impact environnemental comparativement à l’ancien modèle.

 -25% sur le prix.

De cette réflexion sur la frugalité de la conception est née une collaboration avec Sikana, une plateforme externe d’apprentissage et de partage de la connaissance. 9 vidéos ont été réalisées en collaboration avec Decathlon pour rendre le sport accessible à tous, à partir de moyens peu coûteux et souvent avec du matériel de récupération et dans le but de permettre à tous de réaliser un produit DIY : https://www.sikana.tv/fr/sport/jugaad

"Makers" : Apprendre à faire soi-même pour comprendre les process de fabrication

Les « Makers » sont une communauté interne de coéquipiers qui apprend aux Decathloniens à faire eux-mêmes, afin de développer leur ingéniosité et stimuler leur créativité. Faire soi-même permet en effet d’appréhender concrètement l’ensemble des process de fabrication : repenser l’utilité du produit avant tout, choisir les matières, comprendre les phases de conception et de fabrication. Les échanges avec les ingénieurs et experts d’autres services permettent aussi d’intégrer les contraintes de chacun afin de penser son projet de manière globale dès le départ.

En 2017, la communauté s’est enrichie de 40 contributeurs, qui partagent leurs savoir-faire au cours d’ateliers pédagogiques réguliers (apprendre à coudre, à se servir de logiciels de création, à réaliser son premier patron…), et qui ont formé plus de 1 000 coéquipiers.

Julien Littler
Meeting with Julien Littler

Auditeur interne informatique, passionné de plongée sous-marine.

Pourquoi t’es-tu engagé dans l’aventure "Makers" ?
Je suis passionné d’apnée et je m’entraine principalement à l’apnée dynamique en piscine. Pour ce sport, les utilisateurs sportifs comme moi ont tous besoin d’un lestage particulier pour être stables et aquadynamiques (nager entre deux eaux). Souvent chaque apnéiste fabrique donc son matériel de manière artisanale (type chambre à air recyclée remplie de grenaille de plomb). Ces équipements sont inconfortables, mais surtout pas assez sécuritaires. J’ai donc réfléchi à fabriquer moi-même un équipement plus adapté. Je ne savais pas comment démarrer, j’ai vu une newsletter des "Makers" et je me suis lancé.
Qu’as-tu trouvé au sein de cette communauté ?
Ça a vraiment été passionnant de me faire accompagner par les "Makers" pour découvrir et utiliser les API (atelier de prototypage industriel), comprendre l’ingénierie d’un produit, rencontrer et échanger avec les personnes en charge du patronage, des matières premières, de la couture... C’était tellement loin de mon métier !
J’étais convaincu que ce produit avait sa place dans la panoplie de l’apnéiste : quelle fierté de voir qu’il avait retenu l’attention des équipes de Subea ! Au cours d’un workshop avec le designer et l’ingénieur du Sport Signé, j’ai eu la chance de voir mon idée se concrétiser. Toute la communauté "Makers" m’a soutenu à mon rythme dans le développement de mon produit.
Comment envisages-tu la suite des développements ?
Ce que je voulais avant tout pour mon équipement était de créer un produit intégrant la sécurité, tout en étant ergonomique et agréable à porter. Avec les "Makers", nous avons créé et testé 3 prototypes, tous ont fait l’objet d’améliorations. Découvrir cet univers me donne vraiment l’envie de concrétiser d’autres produits liés à la pratique de mon sport, d’accompagner la communauté des sportifs de Decathlon, et leur apporter mon éclairage, partager mes idées et co-développer les produits en conséquence.

SportsLab : 20 ans d’expérience dans l’observation du corps humain

Le SportsLab est un des centres d’expertises de Decathlon, dédié depuis 20 ans à la recherche sur le corps humain, positionné au cœur de la chaîne Recherche et Développement. Les produits imaginés par nos différentes équipes de sports font l’objet d’une analyse poussée dans le laboratoire tout au long de la conception. L’objectif : faciliter l’usage des produits, assurer le bien-être et la sécurité des utilisateurs, pour que faire du sport soit toujours une source de plaisir.

Composé de 4 laboratoires, les 50 ingénieurs spécialisés couvrent tous les développements du corps humain :


L’équipe « morpho » mesure le corps des sportifs tout au long de leur activité et permet d’avoir un taillant unique à l’international.

L’équipe spécialisée dans le mouvement, qui observe les mouvements du corps et l’interaction avec les produits.

L’équipe confort thermique, qui analyse comportement du corps humain dans les différentes conditions climatiques.

L’équipe des sciences affectives, qui détaille la perception et la sensation ressentie avec les produits au moment de leur usage, ainsi que la facilité d’utilisation.

Les équipes contribuent à l’innovation et à la conception des produits grâce à leur connaissance du sportif dans son environnement. En 2017, le SportsLab améliore le chaussant de tous les modèles Quechua pour un meilleur confort ainsi que la chaussure de tennis pour les juniors : un entrainement intensif est observé pendant plusieurs semaines pour travailler à limiter le risque de blessures.

Depuis 2011, je travaille avec Artengo pour les aider à concevoir des produits adaptés à chaque utilisateur.

En 2014, nous sommes partis du constat que l’enfant n’est pas un adulte miniature, et donc que la chaussure de tennis junior devrait être adaptée à ses spécificités.

Après 3 ans de tests en laboratoire et en usage, nous avons développé une nouvelle chaussure respectant la croissance des enfants et les protégeant au mieux des blessures liées à la pratique du tennis.

http://blog.decathlon.com/decathlon_sportslab/les-projets-dont-nous-sommes-fiers/

Alexis Herbaut
Alexis Herbaut
Ingénieur Recherche et Développement au SportsLab