Agir pour le progrès humain

En 2018, nous avons fêté les 70 ans de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. L’occasion de réaffirmer l’engagement de Decathlon pour que, partout dans le monde, les mécanismes de respect et de renforcement des droits humains universels soient les plus actifs possible dans l’ensemble de ses filiales.

La responsabilité de Decathlon est que ces enjeux soient observés et respectés dans tous les sites de production de ses produits, répartis dans 40 pays, avec une exigence égale et constante.

Notre Code de Conduite, entièrement revu en 2017, répond aux enjeux sociaux et environnementaux mis en lumière par les organisations internationales (OIT, OCDE…), et particulièrement  : les droits humains (travail des enfants, esclavage moderne et travail forcé, liberté d’association, discrimination, salaire décent, etc.), la santé et la sécurité (l’environnement de management, la sécurité des bâtiments, etc.), la gestion des substances chimiques, le respect de l’environnement, les matières responsables, la corruption, le management et la communication avec les salariés.

L’application de ce Code de Conduite est vérifiée par un système d’audit interne et externe ainsi que par la présence régulière, sur le terrain, des équipes de production locales de Decathlon. La stratégie pour fiabiliser le processus et mettre en œuvre les mesures correctives durables mûrit d’année en année.
En 2018, 86 % de nos fournisseurs de rang 1 maîtrisent leurs risques humains à un niveau acceptable, résultat que nous souhaitons consolider à 80 % d’ici à 2019.

En synthèse pour 2018

Nous renforçons le contenu méthodologique de notre “guide de l’auditeur”, afin que chaque acteur de la responsabilité humaine en production ait un cadre d’action harmonisé et autonome.

Nous réalisons une progression significative de la performance de notre panel de fournisseurs en passant de 69 % à fin 2017 à 86 % ABC à fin 2018, sur le rang 1.

Nous approfondissons notre analyse de risques grâce au travail sur le devoir de vigilance qui vise à prévenir les risques sociaux (droits humains, santé et sécurité) et environnementaux liés à nos activités et à celles de nos sous-traitants et fournisseurs.

Nous lançons le programme “Tackle Forced Labor” (“Lutte contre le travail forcé”) en interne, accompagné par plusieurs ONG, en complément de nos audits pour détecter les signes avant-coureurs du travail forcé et définir les plans de remédiations adaptés.

PRATIMA SINGH
LE PROJET FULFILLED WORKERS EN INDE
Meeting with PRATIMA SINGH

RESPONSABLE DD EN PRODUCTION EN INDE ET LEADER DU PROJET FULFILLED WORKER

EN QUOI CONSISTE LE PROJET “FULFILLED WORKERS” ?
Le sens du projet est de collaborer avec les fournisseurs partenaires, directement avec les ressources humaines des usines, pour améliorer la qualité de vie au travail. Nous travaillons sur des thématiques précises : l’absentéisme, le taux de rotation du personnel, les grèves et les accidents du travail.
Nous établissons avec eux un planning de réalisation, jalonné de plusieurs sondages auprès des employés, afin d’obtenir un indicateur final : la satisfaction des employés du site. Nous avons entrepris cette démarche en Inde en 2018, auprès de cinq partenaires (six à fin 2018).
QUELLES ONT ÉTÉ LES RÉALISATIONS CONCRÈTES DE 2018 ?
Nous avons commencé par planifier plusieurs enquêtes pour évaluer les situations et les sujets les plus sensibles, répondant ainsi aux besoins des salariés et du management des ressources humaines. Ces questionnaires anonymes doivent éclairer le management sur les principales causes d’insatisfaction, en dévoilant la cause racine pour prendre des décisions de remédiation durables. Les résultats permettent également de soutenir les initiatives déjà mises en place. Chaque site de production a ses propres spécificités, et donc ses axes de progrès.
Nous allons déployer le projet avec d’autres partenaires en 2019 pour avoir une vision plus large et travailler sur les méthodes de mesure, et poursuivre le travail d’amélioration de la satisfaction chez nos partenaires en 2023.