Déployer le management environnemental

Decathlon s’engage sur la réduction continue des impacts environnementaux que l’entreprise génère dans ses activités et notamment dans la production de ses produits Sports Signés. Les enjeux liés à l’utilisation des ressources, à la pollution industrielle de l’eau, du sol, de l’air, à l’impact des déchets générés mais aussi à la consommation d’énergie et aux émissions de CO2 doivent être relayés au niveau des sites de production de nos fournisseurs. Cela afin de réduire les risques de pollution pour les populations locales et nos utilisateurs sportifs, et pour que la pratique du sport soit préservée sur nos lieux de production.

Depuis 2017, Decathlon déploie chez les fournisseurs avec lesquels elle collabore, des audits environnementaux centrés sur ces questions. Nous identifions et priorisons les fournisseurs concernés par les rejets d’eaux usées industrielles, par la pollution de l’air et par les déperditions d’énergie inutiles. Un cahier des charges spécifique est associé et permet de veiller au respect des exigences, à travers des audits réguliers.

Ces enjeux sont aujourd’hui partagés avec nos partenaires industriels et nos fournisseurs, afin que chacun comprenne le sens de cette responsabilité, la porte à son tour à son niveau et devienne autonome dans ses vérifications et mesures quotidiennes.

En synthèse pour 2018

Nous formons et impliquons de plus en plus les fournisseurs dans le projet de lutte contre la pollution locale, afin qu’ils soient conscients de leurs impacts environnementaux et soient à même de les gérer quotidiennement.

Nous progressons significativement sur le taux de nos fournisseurs notés A, B ou C, grâce à un suivi renforcé des fournisseurs qui avaient eu un résultat D ou E préalablement, et nous nous attachons à trouver une solution immédiate mais aussi de long terme pour stopper les dysfonctionnements constatés.

Nous formons nos partenaires industriels à la mesure de leur efficience énergétique, afin de leur permettre de réduire leur impact CO2.

MATTHIEU LEMMET
LE PARTAGE DE BONNES PRATIQUES, DU BON SENS QUI FONCTIONNE
Meeting with MATTHIEU LEMMET

LEADER DU PROJET « ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE EN PRODUCTION »

COMMENT SE DÉROULE UN AUDIT ENVIRONNEMENTAL ?
Les auditeurs environnementaux ont déjà l’expérience de l’univers industriel, puisqu’ils sont d’ores et déjà auditeurs en Responsabilité Humaine en Production.
Nous commençons toujours par rappeler le sens de la démarche afin de bien amener les enjeux liés à l’audit. Nous revenons donc sur les risques associés à la pollution, sur l’importance de la maîtrise de l’utilisation des produits chimiques et sur l’impact de la pollution sur la population locale et l’environnement. Lorsque la vérification est réalisée sur le terrain, les éventuelles irrégularités sont ainsi bien comprises.
COMMENT LES FOURNISSEURS RÉAGISSENT-ILS À L’IDÉE DE MODIFIER LEURS MÉTHODES ?
Si les fournisseurs ont compris qu’il ne s’agissait pas simplement d’une grille d’évaluation, mais que derrière il y a une réelle création de valeur et une meilleure protection des populations, ils ont envie de se mobiliser. Plus cette démarche est comprise et intégrée, plus ils sont naturellement responsables et autonomes. C’est la plus-value de nos auditeurs internes : apporter du sens et accompagner les plans d’action.
COMMENT S’ASSURER QUE CETTE EXIGENCE EST MAINTENUE DANS LE TEMPS ?
Le point clé, c’est la formation. Il faut partir de l’observation, mettre au point des procédures correctives, puis mettre en place les formations continues associées des opérateurs. Ce sont des stratégies longues, mais le bénéfice écologique est installé durablement. En général, les fournisseurs se sentent engagés grâce à cet accompagnement. Ils ont envie de progresser et d’observer rapidement des résultats tangibles, preuves de la rentabilité de leurs efforts.

“L’implication sur le sujet du CO₂ est très forte, tant en interne au sein des équipes que chez les fournisseurs, qui sont demandeurs d’accompagnement sur cette compétence technique. C’est un projet long et qui demande un investissement humain important au départ, mais dont les bénéfices écologiques et économiques sont tangibles et durables.”

ADRIEN JOUVINIER
ADRIEN JOUVINIER
LEADER DU PROJET "CO₂ EN PRODUCTION"